Artisans bijoutiers touaregs

bijoux touareg
artisans touaregs

Le forgeron touareg

Hamani, un touareg inadan

Hamani dirige depuis 1999 une coopérative de forgerons artisans bijoutiers au Niger, « AÏr Bijoux », l’AÏr étant une zone montagneuse du Nord du Niger. 

Il a volontairement interrompu des études universitaires pour se consacrer à la sauvegarde du patrimoine culturel des touaregs par le biais de l’orfèvrerie, métier que lui a transmis son père dès son jeune âge. Son ambition est de former des jeunes aux techniques de la bijouterie traditionnelle des touaregs afin de maintenir la tradition vivante

Hamani appartient à l’une des dernières familles de forgerons inadan touaregs, qui voit disparaître un savoir faire ancestral et qui souhaite le sauver en formant les jeunes à avoir un métier. La fonction de forgeron gardien du feu, n’a plus dans la société touarègue le rôle qui lui était dévolu, mais l’artisanat touareg reste un patrimoine que l’on peut encore préservé.

Les inadan touaregs possèdent un outillage mobile, presque identique dans tout le monde touareg : il se compose d’une trousse à outils qui contient marteaux, tenailles, cisailles, poinçons, creusets, etc., d’une enclume enchâssée dans une bille de bois, de soufflets faits de poches en cuir, de poignées en bois, d’un tube métallique dont l’embout en argile pénètre dans les braises du charbon de bois.

Le souci esthétique se retrouve en premier lieu dans les travaux d’orfèvrerie et dans les bijoux. Les bijoux jouent un rôle important dans la société : le métal le plus travaillé, l’argent, est utilisé pour la fabrication des bracelets, des boucles d’oreilles, des bagues, des pendentifs ou des croix de divers types, connus sous le nom de «croix d’Agadez» ou «d’Iférouane », fondus par le procédé de la cire perdue.

Le métal utilisé est fourni par des pièces d’argent importées d’Europe et en particulier par les fameux thalers de Marie-Thérèse. Si les bijoux sont surtout portés par les femmes, qui les reçoivent tout au long de leur vie, les hommes sont amateurs de bagues et de porte-talismans en argent ouvragé, plaques ou cylindres, portés en sautoir pectoral ou accrochés aux plis du turban.

Hamani explique ce qu’est l’artisanat touareg