Les artisans touaregs inaden

artisans touaregs

Qui sont les inaden ou bijoutiers touaregs ?

Les artisans touaregs inaden sont désignés de nos jours par plusieurs vocables en Français : forgerons, artisans, artisans touaregs.
En fait, le forgeron touareg est un artisan, qui appartient à une catégorie sociale qui fabrique des bijoux, des outils et des armes, préside des rites de passage, récite des histoires et sert d’intermédiaire pour leurs mécènes aristocratiques.
On les retrouve dans l’Ajjer, dans le Hoggar, mais ils sont nombreux dans l’Adagh, et plus nombreux dans l’Aïr et chez les Iwillimiden.
Les artisans touaregs Inaden sont endogames, ce qui contribue à la conservation de leurs savoirs faire et renforce l’unité de leur société dans toutes les régions touarègues.

Les inaden, des hommes de savoir

Traditionnellement, les artisans touaregs Inaden sont classés suivant deux critères : Leur savoir-faire technique et la tribu ou fraction à laquelle ils sont rattachés.
En partant des savoir-faire, on peut distinguer des Inaden spécialistes du bois, du métal ou des deux (travail surtout réservé aux hommes alors que les femmes Tinaden, s’occupent du travail du cuir).
Mais ils ont aussi des fonctions politico-sociales que leur confient certains notables des fractions et/ou tribus auxquelles ils sont affiliés.
La société touarègue en général voit les Inaden comme un groupe social détenant un savoir-faire technique spécifique, mais en même temps un groupe avec lequel on s’abstient d’avoir des liens de mariage.
L’on pense que ce savoir-faire est doublé d’un savoir ésotérique qui renforce sa technicité et ses rapports à la nature et à la matière sur laquelle il travaille.
Des préjugés existent quant à leurs qualités morales. On condamne leur « caractère rusé », leur « légèreté dans le langage ». En réalité leur philosophie contribue à « banaliser la vie », et le « bien matériel ».
Ils sont connus pour être des gens pacifiques repliés sur eux-mêmes (endogamie), ils évitent toute confrontation physique ou morale avec les autres, même s’ils ont une certaine liberté de parole que les autres couches sociales n’ont pas.

Rôle des artisans touaregs Inaden dans le développement socio-culturel et économique

Un fait très frappant est que les Inaden restent très attachés quelques soient le lieu, les saisons ou les circonstances à la culture touarègue. Cette réalité se voit dans le fait qu’ils sont les seuls et uniques dépositaires des techniques de fabrication de certains objets et outils identitaires touaregs.
Ainsi, « ils contribuent donc à faire découvrir et connaître la culture touarègue par le monde extérieur, à la promotion de l’économie de la communauté touarègue d’abord et nationale ensuite… »
A l’étranger, afin de promouvoir la culture touareg, l’artisan expose des objets d’art, explique le rôle des forgerons / artisans dans sa société, fait des démonstrations de fabrication de bijoux et de thé touareg, et socialise avec son public.

Les inaden, possèdent des connaissances historiques et culturelles locales

En plus de la forge, dans certaines régions et dans certains groupes de Touareg, les inaden sont des historiens oraux, des musiciens et des spécialistes des rituels.
Ils servent aux côtés des érudits islamiques lors des rites de passage, aident à négocier la dotation de la mariée et agissent comme des intermédiaires politiques et sociaux.
Ainsi, le forgeron quand il se déplace en Occident est particulièrement expert dans la représentation de sa culture auprès du public étranger.
Lors de leur séjour à l’étranger, l’artisan touareg est compétent à animer des réflexions sur la culture.
Ce faisant, il s’appuie sur le rôle de longue date des forgerons artisans en tant que médiateurs sociaux et les élabore richement. Il transcende et élargit également les rôles des médiateurs au-delà des contextes traditionnels.
Bien que les inaden ne soient pas les seuls à raconter des histoires orales et des contes populaires et à réciter de la poésie, les Touareg conviennent que les inaden sont particulièrement doués pour les arts verbaux.
Lors des premières rencontres avec les Européens, les chefs et les nobles ont d’abord employé des artisans comme intermédiaire avec les étrangers.
Beaucoup d’inaden continuent ces rôles d’intermédiaires dans la collecte des impôts, le recensement, la distribution de l’aide alimentaire et les guides touristiques, et approchent et se lient d’amitié avec des étrangers avant que d’autres Touaregs ne le fassent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *